En finir avec Monica de Candace Bushnell

en finir avec monicaEn finir avec Monica de Candace Bushnell

Dès les premières pages de ce livre, j’ai eu une image dans la tête. Elle était précise et prenait tout doucement des formes. Au fur et à mesure que j’entrais dans le monde que nous décrit candace Bushnell, c’était clair, pour moi, que Pandy Wallis, le personnage principal du livre, cette ingénieuse personne qui a créé Monica, me faisait penser à un autre personnage d’un autre livre ou film, à une autre chose très précise. À une personne de la vraie vie. Je ressentais un drôle de sentiment, celui d’être en train de lire l’histoire vraie de cette personne non fictive. Une spécialiste, elle aussi, des romans-comédies qui finissent par être des grands films. Mon acteur préféré, Hugh Grant, celui-là même pour qui la comédienne française, Michèle Bernier, dans l’une des émissions de Michel Drucker, pleurait de bonheur lors de sa rencontre, qui a même joué dans l’un de ses films. Eh oui, vous l’avez certainement compris. Je parle bien évidemment d’une auteure anglaise, une habituée de livres best-sellers. Une méga star. Eh oui, ce livre m’a fait penser à Helen Fielding, celle qui depuis 2001 fascine le monde entier avec les aventures de Bridget Jones.

Ceci est un livre loufoque, drôle, attachant et délicieux. Eh oui, tout ça à la fois. Un roman traduit dans un français accessible à tous, l’écriture est très fluide. Bien évidemment, je vous le recommande !

Le speech :

« Presse, télé, couloirs du métro, réseaux sociaux… Impossible d’échapper à Monica, la plus glamour des glamours girls, l’héroïne de romans et de films au succès planétaire. Adulée du public et des éditeurs (money, money, money !), elle donne pourtant des envies de meurtres à sa créatrice, Pandy Wallis, qui aimerait se consacrer à une VRAIE carrière d’écrivain… sans cette ombre qui lui colle à la peau ! Dans le monde impitoyable du showbiz, pas si facile de tuer celle par qui le succès est arrivé… »

Extraits :

« Monica était heureuse. Tellement, tellement heureuse. Vous la regardiez, et tout à coup, vous rêviez d’être elle »

« Pandy avait inventé Monica lorsqu’elle était enfant, pour son propre amusement et celui de sa jeune sœur Hellenor (…) Quand elle avait quitté la maison pour s’installer à New York et s’essayer au dur métier d’écrivain, Pandy s’était naturellement imaginé qu’elle laissait Monica derrière elle. Erreur. Car un soir, alors que son troisième roman venait d’être refusé, qu’elle avait dû emprunter de l’argent pour payer son loyer et découvert que l’homme qu’elle prenait pour son petit ami était en réalité celui d’une autre, elle avait subitement repensé à Monica »  

« Monica vous donnait l’impression que les choses étaient faciles, mais pas du tout. Personne ne demandait jamais aux millions de fans de Monica de se représenter les années de travail acharné qu’il aurait fallu à Monica pour devenir effectivement Monica ; les moments de doute et de haine de soi, la peur, les montagnes d’énergie qu’il fallait déployer pour se fixer un but, s’y tenir jour après jour, alors que le résultat espéré était encore loin, et qu’il pouvait fort bien ne jamais se matérialiser. Cela dit, la réalité, ça intéressait qui ? La réalité, c’est déprimant. Et gratuit ».  

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire