Femme au foyer – Jill Alexander Essbaum

On me propose ce livre, je suis enthousiasmé, il me plait. OK. Public Weekly et le Time Magazine le comparent à Madame Bovary, OK. J’accepte de le recevoir et on me l’envoie, d’accord. Avant de commencer ma lecture, je me rappelle que Madame Bovary est un chef-d’œuvre qui date de 1857, donc un monument, d’accord. Je finis par me lancer, sans trop m’attendre à être bouleversé, je pense que c’est une manière de ne pas être déçu, OK. Je m’ennuie, j’arrête la lecture, je ferme le livre, OK. Je l’ouvre de nouveau, je lis quelques lignes, je referme, je trouve que le livre est très tiède, OK. Je vais boire un verre d’eau, d’accord. Et quand je reviens, je m’efforce de continuer, OK. Finalement, je suis très satisfait, j’ai bien aimé, OK. Mais désolé, je ne ferai pas la même comparaison que les médias américains, d’accord !

Nous sommes en Suisse, dans le canton de Zurich, la narratrice nous relate la vie d’Anna, une jeune Américaine de trente-sept ans, mariée à un banquier suisse, Bruno. Étrangère dans ce pays, elle s’ennuie et doit s’intégrer dans la société, comme tout le monde. Va-t-elle le faire ? A-t-elle envie de le faire ? N’est-elle pas aussi à la recherche de son « moi » profond ? Autant de questions, et seule la lecture pourra nous apporter quelques réponses…

« La honte est une forme de chantage psychique. »

« Elle se sentait rarement bien dans sa peau. »

« Cet étranger, elle l’avait rencontré à son cours d’allemand. Mais, Anna – tu as eu sa bite dans la bouche, se dit-elle. Ce n’est plus vraiment un étranger. Et c’était vrai. C’était Archie Sutherland, écossais, expatrié et, comme Anna, étudiant les langues. Anna Benz, étudiante en langues. C’était le docteur Messerli qui l’avait encouragée à suivre ce cours d’allemand (et, fâcheuse ironie du sort, c’était Bruno qui avait insisté pour qu’elle fasse une thérapie. J’en ai assez de ta foutue déprime, Anna. Va te faire soigner : voilà ce qu’il lui avait lancé).

Rendez-vous sur Hellocoton !
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire