Vivre sans pourquoi d’Alexandre Jollien

Nous sommes unanimes pour vous recommander cette œuvre.

 D’une compréhension aisée, surtout pour ceux qui sont dans une forme de quête spirituelle. Le philosophe Suisse jugeant que sa vie est trop automatique, s’interroge sur des questions existentielles et décide de partir pour Séoul, situé à neufs mille kilomètres de chez lui, à la recherche de la spiritualité et surtout pour y rencontrer son guide spirituel. Sa femme et ses trois enfants le suivent dans sa quête. Tout au long du livre, il nous narre ses expériences et nous interpelle sur le bien-être et le lâcher prise. Il conte ses difficultés, ses interrogations, ses solitudes, et enfin le bonheur qu’il a reçu.

Au fil des lignes, on s’imprègne de  sa quête du bonheur, du silence et de Dieu. De confession chrétienne, il a trouvé un parallélisme avec le bouddhisme, c’est de cette manière qu’il s’est retrouvé dans la foi totale.

Apprendre le détachement, changer de vie, tout abandonner. « Si tu as tout maîtrisé, tu es fou», dit l’auteur au milieu du livre. Il nous démontre que le « zen », c’est « vivre » ce que l’on fait, par exemple : si l’on marche, on marche. Si l’on danse, on danse. C’est vivre pleinement l’émotion et l’acte du moment présent.

Le mot de son éditeur :

Vivre sans pourquoi, quitter la dictature de l’après, se détacher du poids du qu’en-dira-t-on, oser un amour plus vrai, tout cela réclame un véritable art de vivre. Alexandre Jollien retrace ici l’itinéraire spirituel qui l’a conduit à tout quitter pour s’installer avec sa femme et ses trois enfants en Corée du Sud. Avec humour, il raconte comment il se met à l’école de Jésus et du Bouddha. Il confie ses doutes, ses désillusions, ses joies et ses péripéties. Il livre les leçons apprises en chemin et l’enseignement lumineux qu’il en tire, un appel toujours plus fort à descendre au fond du fond pour trouver la paix, la joie et un authentique amour du prochain.

Ce journal spirituel est une invitation à mettre en pratique une ascèse très concrète : de ton corps, de ton âme et de l’autre, tu prendras grand soin.

Extraits :

« Vivre sans pourquoi, s’extraire un peu de la dictature de l’après, apprendre à exister sans être complètement conditionné par le regard d’autrui et surtout pratiqué, pratiqué, pratiqué. »

« Savoir que l’on emprunte une fausse route, c’est déjà se libérer. »

« Je commence à comprendre qu’aucun docteur ne peut me guérir. Et peu à peu, je guéris de l’idée de guérir. »

Rendez-vous sur Hellocoton !
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire